liste des lettreslettre précédentelettre suivante

«HEUREUX L’HOMME QUI NE SE CONDUIT PAS D’APRÈS LES CONSEILS DES MÉCHANTS,
ET NE SIÈGE PAS EN COMPAGNIE DES RAILLEURS»

Monsieur Joachim Bouflet (1) persévère, en cette année 2001, dans son livre «Encyclopédie des phénomènes extraordinaires dans la vie mystique» à la page 179 où il écrit:

«MARIE-PAULE GIGUÈRE, née le 14 septembre 1921, a raconté complaisamment dans les quinze volumes de sa Vie d’amour les étapes d’une existence assez incohérente qui l’amenèrent à fonder l’“Armée de Marie”. Ce mouvement de prière et de sanctification, qui connut une rapide expansion, fut approuvé le 10 mars 1975 comme pieuse association de fidèles par Mgr Roy, archevêque de Québec. Mais les égarements de la fondatrice le firent dissoudre par décret du cardinal Vachon, successeur de Mgr Roy, le 4 mai 1987, après plusieurs mises en garde pour “erreurs graves”. En effet, Marie-Paule affirmait – entre autres extravagances – être la réincarnation mystique de la Vierge, l’épouse tout aussi mystique du futur pape et par là promise aux plus hautes destinées dans l’Église, tandis que deux de ses fils seraient le Grand Monarque appelé à régner sur le monde entier, et le Grand Pontife, dernier pape qui mènerait l’Église dans la gloire! Loin de se soumettre dans une attitude d’obéissance filiale, la visionnaire a persisté dans ses errements.»

Monsieur Bouflet ne varie pas dans le ton qui caractérise son envie de détruire et de ridiculiser une femme, une œuvre de Dieu avec son jugement personnel et sa science qui se veut encyclopédique.

Effectivement, l’expression «raconté complaisamment» et le qualificatif «incohérente» quant à la vie de la fondatrice de l’Armée de Marie sont employés ici pour se moquer, minimiser et mépriser.

Monsieur Bouflet, en quelques lignes de son encyclopédie, donne le ton à ceux et celles qui voudront bien se servir de ses propos haineux et méchants pour détruire une Œuvre de Dieu. Ils n’auront cure de se soucier, par exemple, de savoir pourquoi une autorité du Vatican a dit, concernant les ouvrages de la Fondatrice de l’Armée de Marie: «“Vie d’Amour” pourrait convertir le monde entier, même les Évêques.»

À ceux et celles qui liront les lignes de Monsieur Bouflet, je me référerai au premier Psaume:

«HEUREUX L’HOMME QUI NE SE CONDUIT PAS D’APRÈS LES CONSEILS DES MÉCHANTS, ET NE SIÈGE PAS EN COMPAGNIE DES RAILLEURS.»

Aux autres personnes qui ne se rangent pas en compagnie des railleurs, elles pourront se référer à la préface du 1er volume de Vie d’Amour écrite par Raoul Auclair.

En voici un extrait (2): «“Vie d’Amour” commence donc par une effusion de l’Amour de Dieu. Mais Dieu allait vite montrer à la jeune fille, devenue épouse, que l’amour en retour qu’il exige des âmes privilégiées est celui dont, Fils de l’homme, il aima les hommes: le sacrifice, la souffrance et la mort. Enfin, la configuration dans la contradiction et la dérision, ainsi que fut Jésus, “signe de contradiction” (Lc 2, 34) et “objet de dérision” (Mt 27, 29).»

Le 10 mars 1975, Son Éminence le Cardinal Maurice Roy, Archevêque de Québec et Primat de l’Église au Canada, à la suite d’une décision des Évêques du Québec, érige l’Armée de Marie en Association pieuse, aux termes du canon 708 du Code de Droit canonique.

Voyons déjà les trois motifs qui ont contribué à ce que le Sacriste du Pape (et Vicaire Général pour la Cité du Vatican) avec l’Archevêque de Québec œuvrent pour que l’Armée de Marie soit érigée canoniquement (3):

«Vu que l’Armée de Marie a pour but de revivifier la vie intérieure de ses membres par la réforme personnelle pour rayonner ensuite dans un apostolat fécond;

«Vu que l’Armée de Marie poursuit ce but par une attention à trois points particuliers, soit la dévotion eucharistique dans une liturgie authentique, la dévotion mariale selon la doctrine de saint Louis-Marie Grignion de Montfort et le service de l’Église dans le respect à son Pasteur suprême et aux autres Évêques;

«Vu que l’Armée de Marie est un mouvement qui se propose comme fin le but apostolique général de l’Église (Vatican II, Décret sur l’apostolat des laïcs, N.19);...»

Il est quand même instructif de connaître les motifs de cette approbation.

À l’heure actuelle, nous n’avons toujours eu aucune précision sur les «égarements» ni sur «les erreurs graves».

Je défie Monsieur Bouflet de prouver telles assertions! Ce qui vient de Dieu, Monsieur Bouflet, a un aspect souvent symbolique dont les multiples lectures ont une réalisation qui n’est pas connue à l’avance des hommes. Votre encyclopédie ne paraît pas en tenir compte. Quant à la levée du voile, d’autres Hérodes et Hérodiades s’y sont cassé le nez, car leur humilité n’était pas à la hauteur de leur prétention ou de leur curiosité et encore moins de leur recherche de gloire!

Voici la vérité sur l’obéissance filiale:

Monseigneur Émery Kabongo, au moment où il fut secrétaire privé du Pape Jean-Paul II, a transmis les salutations du Saint-Père (4) à la Fondatrice de l’Armée de Marie en 1985.

Le 25 février 1987, Monseigneur Kabongo dit à Rome, au Vatican (5), à la Fondatrice de l’Armée de Marie:

«Vous devez continuer à agir et à bien suivre, en toute conscience, les indications que vous recevez, à bien obéir aux ordres.

«Bien plus, si un Évêque ou un cardinal vous dit le contraire de ce que vous recevez, vous devez, en toute conscience, suivre les indications que vous recevez.

«Et si je vous donnais, moi aussi, des directives qui viennent à l’encontre de ce que vous recevez, je vous demande, en toute conscience, de bien suivre les indications que vous recevez.

«Même si vous n’avez pas eu le temps de me consulter, je vous demande d’agir en toute conscience.»

Dans le site Internet http://www.communaute-dame.qc.ca, les amoureux de la vérité trouveront les informations complémentaires aux interrogations laissées par les propos pestilentiels de l’auteur de cette encyclopédie et en particulier par la réponse de Sylvie Payeur-Raynauld à la Note doctrinale des Évêques du Canada publiée le 15 août 2001.

François Pillot
1er janvier 2002

1. Ici, il est bon de nous référer au journal Le Royaume, n 143, numéro Spécial du 1er juillet 2000, page 2, à l’article «NE JETEZ PAS VOS PERLES...», de Mère Paul-Marie.

2. Vie d’Amour, vol. I, p. 11.

3. Sylvie Payeur, «Tout se terminera par la Cour», Marie-Paule, Vie d’Amour Inc., p. 25.

4. Vie d’Amour, Appendice, vol. I, p. 311.

5. Vie d’Amour, Appendice, vol. III, p. 66.


© 2001 - Tous droits réservés : ÉDITIONS CO. DAME, Québec, Canada

Haut